Aménorrhée post-pilule : comment je m’en suis sortie

Dans un précédent article, j’expliquais avoir arrêté la pilule. Pilule que j’ingurgitais chaque soir, après m’être brossé les dents, bref prendre la pilule c’était une habitude depuis presque onze ans pour moi.

J’ai arrêté la pilule fin mars 2019, et j’ai subi ce que l’on appelle dans le jargon médical, une aménorrhée post-pilule. Je n’ai pas eu mes règles pendant plusieurs longs mois, d’avril 2019 à mi-septembre 2019 en fait.

Je me suis beaaaaaucoup renseignée sur le sujet, j’ai notamment lu énormément d’articles mettant en avant les plantes ainsi que les médecines naturelles afin de palier à ce qui était pour moi une source d’inquiétude. Hors de question de prendre un comprimé composé de chimie pour me déclencher les règles, non, moi je voulais que mon corps fonctionne seul, sans chimie cette fois, ou alors avec un peu d’aide naturelle.

Disclamer : il s’agit ici de mon expérience personnelle, je ne suis nullement une professionnelle de la santé. Je vous encourage à vous renseigner sur les éventuelles contres-indications de chaque plantes citées ci-dessous. Je vous partage dans ce billet les méthodes qui ont fonctionné sur moi. En effet, je trouve qu’il n’y a pas assez d’articles à ce sujet, c’est la raison pour laquelle je partage cela avec vous.

#1 L’ARMOISE

Le saviez-vous ? Il existe des plantes emménagogues. Il s’agit de plantes ayant la capacité (entre autre), d’avoir une influence sur l’écoulement des règles, ces plantes qui aident à réguler le cycle menstruel. Bingo ! J’ai lu beaucoup d’articles à ce sujet, il existe plusieurs plantes emménagogues, mais j’ai choisi de faire confiance à l’Armoise.

Je me souviens avoir commencé ma cure un vendredi, je prenais six gélules par jour comme noté sur le flacon, soit 2 gélules matin, midi et soir. Mes règles sont arrivées le samedi d’après soit une semaine après avoir commencé l’armoise. C’est fou ! Quatre mois sans règles et là une plante m’aide à les retrouver, j’étais tellement contente ! Tellement contente que j’ai stoppé la prise d’armoise dés le premier jour des règles. Elles ont duré cinq jours. Et puis, le mois d’après, plus rien, rebelote, pas de règles …

#2 L’ONAGRE

Bon, d’accord, l’armoise c’était peut-être tout simplement trop fort pour moi ? J’ai donc (après recherches), commencé à prendre des capsules d’onagre. D’après ce que j’avais lu à son sujet, elle avait le pouvoir de réguler le cycle menstruel, tout en diminuant ce dernier (pour les femmes ayant des cycles à rallonge). J’ai eu de la chance, je suis tombée sur une promotion sur le site « Fleurance Nature », (c’est la seule marque que j’ai trouvé proposant des capsules végétales et non animales !) j’ai donc acheté deux fois deux boites, soit quatre boites en tout de quoi bien tester l’onagre ! Il est recommandé de prendre deux ou trois capsules par jour, j’ai donc pris trois capsules par jour, le matin, midi et soir.

Bon plan : il y a 6,50€ de cashback sur l’eshop « Fleurance Nature » grâce à l’application Igraal ! Super rapport qualité/prix donc.

#3 TISANE SAUGE OFFICINALE

C’est LA plante féminine par excellence. Elle est très intéressante pour traiter les troubles liés au cycle féminin.  La sauge contient ce que l’on appelle des phyto-œstrogènes, il s’agit des molécules chimiques dont la structure est quasi semblable à celle des œstrogènes produites par les ovaires. La sauge stimule donc le système hormonal, et elle est reconnue pour son action régulatrice sur le cycle menstruel. J’ai donc consommé de la sauge officinale sous forme d’infusions à raison de trois infusions par jour à chaque fin de repas, matin, midi et soir. Personnellement, j’adore le goût de la sauge, bien qu’un peu spécial. Je suis persuadée que cette tisane a grandement aidé mon cycle à se remettre en route. J’ai tout d’abord acheté la tisane de sauge officinale en sachet de 20g (environ une semaine d’utilisation), puis intimement persuadée de son efficacité j’ai acheté deux sachets de 40g.

Attention : il n’est pas recommandé de consommer de la sauge si dans votre famille il y a eu des cas de cancers du seins ou des ovaires.

Bon plan : il y a jusqu’à 10% de cashback sur l’eshop « Monde Bio » grâce à l’application Igraal.

#4 TISANE DE FRAMBOISIER

Tout comme la tisane de sauge, la tisane de framboisier et l’alliée de la femme tout au long de sa vie. Elle est notamment connue pour sa capacité à faciliter l’accouchement. Cependant, j’avais également lu que la tisane de framboisier était utilisée pour lutter contre l’aménorrhée et qu’elle agissait comme un tonifiant utérin capable de stimuler voir de réveiller la fonction ovarienne. Comme je consommais déjà trois tisanes de sauge par jour, j’ai limité ma consommation à une tisane de framboisier par jour.

Attention : il n’est pas recommandé de consommer des tisanes de framboisier si dans votre famille il y a eu des cas de cancers du seins ou des ovaires.

Bon plan : il y a jusqu’à 10% de cashback sur l’eshop « Monde Bio » grâce à l’application Igraal.

#4 BOURGEONS DE FRAMBOISIER

La gemmothérapie, la pépite. Il s’agit en fait d’extrait de bourgeons frais, biologiques. Toute la puissance des bourgeons se trouve concentrée dans ce petit flacon. Le macérat de framboisier est le super remède de la femme. Il harmonise l’équilibre hormonal de la femme et soulage également les règles difficiles. J’aime beaucoup la gemmothérapie, et je suis convaincue par le pouvoir des plantes. J’ai donc commencé une cure, il faut prendre entre 5 à 15 gouttes par jour, pendant trois semaines, faire une pause d’une semaine (on appelle ça la fenêtre thérapeutique) puis recommencer. La cure maximum dure trois mois. Le goût de ce macérat est vraiment agréable, un goût acidulé, et on ne sent pas du tout l’alcool, d’ailleurs, je vous recommande vraiment de prendre le même flacon que moi, d’après ce que j’ai lu, dans d’autres marques, le goût de l’alcool est très prononcé.

Attention : il n’est pas recommandé de consommer des bourgeons de framboisier si dans votre famille il y a eu des cas de cancers du seins ou des ovaires.

Bon plan : il y a jusqu’à 10% de cashback sur l’eshop « Monde Bio » grâce à l’application Igraal.

#5 L’OSTÉOPATHIE

Médecine naturelle que je chéris. J’adore me rendre chez mon ostéopathe, je sors de mon rendez-vous tellement apaisée, mon corps est tout détendu et j’ai très souvent envie de dormir après une bonne séance. Je me rends chez l’ostéopathe assez régulièrement, environ tous les trimestres. Persuadée de son efficacité, j’ai parlé à mon ostéopathe en qui j’ai absolument confiance, de mon aménorrhée, elle a donc travaillé sur tout mon corps en insistant sur mon bas ventre. A priori, la région de mon bas ventre était vraiment tendue, elle m’a même indiqué à un moment mettre la main sur une ovaire, c’était assez dingue/étrange ! La séance m’a fait un bien fou !

C’est d’ailleurs la semaine après mon rendez-vous chez l’ostéopathe que mes règles ont fait leur apparition.

#6 L’ACUPUNCTURE

Si je vous dit que j’ai la phobie des aiguilles, vous me croyez ?

Sur les conseils de ma sage-femme, je me suis rendue chez une spécialiste de la Médecine Traditionnelle Chinoise. La veille d’aller à ce rendez-vous, mes règles sont arrivées. J’ai tout de même maintenu ce rendez-vous, en me disant que cette médecine douce pouvait peut-être m’aider à avoir des cycles réguliers. La praticienne m’a expliqué que l’acupuncture pouvait en effet avoir une action sur la sphère gynécologique. Lors de cette première séance, elle a entre autre, travaillé sur mon flux sanguin, afin de faciliter l’écoulement sanguin.

#7 EN BREF

En clair, j’ai consommé pendant un peu plus de deux semaines : de l’onagre, des tisanes de sauge officinale, des tisanes de framboisier ainsi que du macérat de framboisier et mes règles sont revenues pour de bon au bout du dix-septième jour de cure !

Cependant, mes règles ne sont pas régulières, elles ne débarquent pas tous les 28/30 jours, et depuis l’arrêt de cette (satanée) pilule, mon cycle est chamboulé. 

Partager:

Tu peux laisser un commentaire ici !

%d blogueurs aiment cette page :